NOUS SOMMES TOUS ACTEURS
Jostein Gaarder

Jostein Gaarder est un écrivain norvégien, auteur d’ouvrages divers, y compris des romans. Son ouvrage le plus connu, « Le monde de Sophie » (1991) rendit l’histoire de la philosophie accessible, sous une forme romancée, aux gens d’aujourd’hui, et devint un best-seller international sans précédent, traduit en 43 langues et vendu à plus de 17 millions d’exemplaires.

Il y a deux siècles, Emmanuel Kant fit remarquer que c’était un impératif moral essentiel pour tous les pays que de s’allier au sein d’une ligue des nations qui serait responsable d’assurer une co-existence pacifique entre nations. Le philosophe allemand peut donc être considéré comme le parrain de l’idée de Nations-Unies et de leur Déclaration universelle des droits humains de 1948. Et on a en effet des raisons de célébrer cette occasion, tout simplement parce que les droits humains doivent encore à présent être défendus contre les brutalités et les injustices. La seule différence, c’est que depuis cinquante ans nous avons une institution et un instrument pour nous permettre de défendre quelques droits humains élémentaires.

Nous avons chaque jour des exemples montrant à quel point il est crucial d’avoir certaines règles qui doivent être respectées par tous les états, quelles qu’en soient la culture et les frontières. Sans ces normes, il serait impossible de poursuivre des gens en justice pour crimes de guerre, pour suppression de la liberté individuelle ou pour crimes contre l’humanité. On a établi certaines contraintes universelles afin de définir le champ de ce qui peut être considéré comme les affaires intérieures ou privées d’un gouvernement donné.

« La Déclaration universelle des droits humains » représente peut-être le succès philosophique le plus important à ce jour, puisque les droits humains ne nous ont pas été donnés par les dieux. Ils ne sont pas non plus tombés du ciel. Ils représentent aujourd’hui l’aboutissement d’un processus de maturation commencé il y a mille ans. Le concept-même de « droits naturels » de l’être humain a eu une évolution longue et variée –ce qui indique un développement progressif des êtres humains depuis la tyrannie et l’arbitraire vers la liberté et l’humanité. Et l’histoire n’est pas finie. Les humains sont toujours en train d’évoluer lentement.

La question qui attend le nouveau millenium est : combien de temps pouvons-nous continuer à parler de droits sans soulever aussi la question de la responsabilité individuelle ? Le temps est venu d’une Déclaration Universelle des Obligations Humaines. Cela n’a simplement plus aucun sens de parler de droits sans parler des devoirs de l’individu aussi bien que de ceux de la nation. C’est comme dans une famille nombreuse : vous avez d’abord un certain nombre d’obligations concernant votre conduite personnelle. Et ensuite le membre individuel au sein de cette famille peut faire valoir qu’elle ou il a certains droits. Il y a actuellement des centaines d’organisations à